Coaching individuel

Coaching individuel

de nouvelles problématiques dans les coachings classiques :

  • changement de niveaux de responsabilités (les mouvements s’accélèrent…),
  • crise et soutien (du fait des tensions que les périodes de confinement ont accentué),
  • performance (faire face à la contre-performance ou au contraire gérer la croissance),
  • questions de leadership spécifiques à la sortie de la crise sanitaire et à préparer la suite,…

développement des coachings courts :

  • indications : crise, soutien, problématique managériale précise,
  • bénéfices : responsabilise et démocratise le coaching, la contrainte de temps oblige à être créatif, le client est plus clair sur sa demande, l’effet deadline met en mouvement plus rapidement
  • modalités : 4 heures, réparties en 3 + 1 heure 6 mois plus tard, avec travaux inter-session

alternance entre un travail collectif en équipe, suivi d’une heure de coaching individuel

  • thèmes : combiner présentiel et distanciel, manager dans un environnement incertain, revisiter sa pratique managériale post crise sanitaire, et d’autres à venir au gré des besoins,
  • bénéfices : combiner formats courts et travail en profondeur, l’alternance de moments collectifs et individuels démultiplie l’impact de chaque modalité, fort impact, format compatible hybride (présentiel + distanciel) ou 100% distanciel,
  • modalités : 3 étapes : 1 heure collectif, 4 heures collectif, 1 heure individuel
Accompagner les transitions personnelles et professionnelles

Accompagner les transitions personnelles et professionnelles

Dans mon expérience, les coachings individuels se déclenchent souvent à la croisée des chemins, à la convergence du professionnel et du personnel.

Les transformations dans l’une des sphères sont très souvent en écho voire déclencheurs de transformations dans la seconde.

De ma fenêtre, ce constat se confirme encore davantage depuis 1 an. Comme si, confrontés à l’adversité, nous savons mieux qui nous voulons être et ce à quoi nous souhaitons contribuer (ou l’inverse, parfois plus facile à identifier)

Pour faire écho à ce constat, j’ai choisi d’intégrer 4 types de problématiques dans mes coachings individuels :

  • faire face à une mobilité voulue ou subie, mener un projet de réorientation,
  • se projeter dans un nouveau projet de vie, personnel et/ou professionnel,
  • clarifier ce qui fait sens dans ma vie professionnelle, me (ré)aligner en sortie de crise sanitaire, et face aux enjeux environnementaux,
  • intégrer l’impact du digital, du distanciel, des évolutions technologiques sur mes pratiques professionnelles,…

L’accompagnement se présente sous forme d’un coaching individuel, avec toutes les garanties de cadre et de déontologie

Un format très opérationnel pour accompagner les managers

Un format très opérationnel pour accompagner les managers

Une année d’expérimentations et d’ajustements ont abouti à un accompagnement managérial en format 1/4/1 que j’applique dorénavant à des problématiques managériales contextualisées

  • 1 heure de collectif pour recueillir les situations à traiter, 4 heures de collectif pour s’inspirer, changer de regard, résoudre, puis 1 heure de coaching individuel pour affiner et contextualiser,
  • 3 problématiques d’actualité ces derniers mois : combiner présentiel et distanciel, manager dans un environnement incertain, revisiter sa pratique managériale post crise sanitaire, et d’autres à venir au gré des besoins,

4 apprentissages issus de ces accompagnements :

  • il est possible de combiner formats courts et travail en profondeur,
  • l’alternance de moments collectifs et individuels démultiplie l’impact de chaque modalité,
  • fort impact d’une heure de coaching individuel lorsqu’il est précédé par un temps collectif,
  • penser les futurs accompagnements en compatibilité hybride (présentiel + distanciel) ou 100% distanciel,

1 fois sur 2 ces accompagnements se poursuivent par des séances de supervision individuelles, avec droit de tirage dans la durée

Le format est adaptable à toute question managériale pointue

Comment accompagner ceux qui transforment ?

Comment accompagner ceux qui transforment ?

La supervision, traditionnellement destinée aux métiers de l’accompagnement, élargit son champ d’action et répond aux besoins de 3 publics :

  • pour les équipes RH, une focale sur un besoin de réflexivité, de faire un pas de côté pour alimenter sa légitimité, sa colonne vertébrale, sa sécurité intérieure, et trouver des réponses innovantes,
  • pour les accompagnants internes (facilitateurs, coachs, chefs de projet,…), une focale sur le besoin de trouver entre pairs des ressources pour les accompagnements et d’un lieu pour traiter les dilemmes éthiques auxquels leur fonction les amène à se confronter,
  • pour des managers qui pilotent des transformations complexes, un besoin de grilles de lecture leur permettant de décoder ce qui se passe et savoir à quel endroit ils peuvent agir,
  • et pour les 3 publics, un besoin commun de nouvelles postures, méthodes et outils permettant d’accompagner les transformations avec efficacité et écologie personnelle.

On retrouve en somme les 4 fonctions d’une supervision, telles que me l’ont enseigné F Lamy et M Moral : résoudre, soutenir, clarifier, se développer, merci à eux !

A ne pas confondre la supervision avec du partage de pratiques, du codéveloppement, du mentorat, qui répondent à d’autres besoins

L’accompagnement humain des transitions climatiques

L’accompagnement humain des transitions climatiques

nous avons la conviction qu’au-delà des réponses techniques, RSE,… aux enjeux climatiques, c’est notre transition intérieure qui va nous permettre de nous sentir plus alignés et d’agir efficacement à notre échelle.

avec Catherine Silighini, nous avons conçu un cheminement en 4 étapes pour accompagner cette transition sur le plan humain :

  • prendre conscience : clarifier où j’en suis dans ma perception des enjeux climatiques et ce que ça suscite en moi,
  • composter nos émotions : transformer les ressentis et émotions inconfortables générés par la prise de conscience en énergie pour l’action,
  • identifier des leviers d’action : découvrir la diversité des moyens d’action et permettre à chacun de choisir comment contribuer à son niveau,
  • créer les conditions d’une action durable : Choisir son levier d’action, l’assumer, et se préserver

cet accompagnement se décline dans l’environnement professionnel, par exemple auprès d’une équipe RSE, RH,…d’accompagnants internes (facilitateurs, coachs,…) voire auprès de l’ensemble des collaborateurs,

il s’envisage également pour des groupes de particuliers en complémentarité avec des démarches qui ont renforcé leur prise de conscience (fresque du climat, myCo2,…)

Accompagner les transitions sociétales

Accompagner les transitions sociétales

👉 Le 19 Avril, nous avons organisé et animé, avec Catherine Silighini la séance d’installation du Conseil de Développement de l’Eurométropole, en distanciel. Une belle réussite dont nous souhaitons partager quelques apprentissages :
✔ Soigner la mise en scène : l’événement doit être vécu non comme un ersatz à un travail en présentiel, mais comme un moment à forte valeur ajoutée et symbolique,
✔ Anticiper un fort investissement temps en amont : travail de proximité avec les élus, 2 sessions de prise en main de zoom, 2 sessions de préparation des animateurs des sous-groupes,
✔ Fonctionner en équipe agile et se synchroniser au quotidien, merci Emmanuelle Parodi
✔ Insister sur le respect des horaires : nous avons démarré et terminé à l’heure !
✔ Oser une inclusion ludique adaptée au nombre et à la diversité des participants, dont certains n’avaient jamais travaillé en visio,
✔ On peut faire travailler 10 sous-groupes de 10 personnes qui ne se connaissaient pas, sur des questions de fond très rapidement. Bravo aux 20 animateurs !
✔ Soigner la logistique et la technique, avec une équipe dédiée,
💡 A l’avenir, des groupes de grande taille peuvent et doivent combiner présentiel et distanciel, pour tirer le meilleur parti des 2 modalités,

https://www.strasbourg.eu/conseil-developpement

L’accompagnement humain des transitions climatiques

L’accompagnement humain des transitions climatiques

« Ce ne sont pas que les aspects techniques de la transition climatique que nous devons apprendre à maîtriser, mais la science de la transition humaine »

 » Les défis climatiques et sociétaux nécessitent de profondes transformations humaines qui seront plus rapides et mieux vécues si elles sont accompagnées »

« En attendant que le monde change, comment nous changer nous-mêmes et transformer notre regard pour nous adapter le plus positivement possible à un réel qui nous déstabilise ? »

Ce sont ces convictions qui nous ont incité à créer « La Maison des Transitions », une structure spécialisée dans l’accompagnement humain des transitions climatiques, avec la conviction que c’est avant tout sur la transition intérieure qu’il faut agir.

L’image de la Maison évoque pour nous un cadre structuré qui permet une communauté de projet et d’action. C’est aussi un lieu sécurisant, chaleureux, un camp de base, au sein duquel les personnes, les groupes et les organisations que nous accompagnons peuvent puiser les ressources dont ils ont besoin pour faire face aux défis.

Notre vocation est d’accélérer et sécuriser les transitions humaines en lien avec les questions climatiques.

Nous appliquons cette vocation sur 4 plans :

Sur le plan individuel :

  • susciter la prise de conscience des risques et les impacts futurs sur nos modes de vie,
  • traiter les émotions difficiles qui résultent de la prise de conscience,
  • identifier et choisir ses leviers d’action,
  • tenir dans la durée,…

Sur le plan des organisations et du management :

  • intégrer l’aspect humain des transitions climatiques dans son management,
  • développer la prise de conscience et l’engagement des collaborateurs sur ces questions,
  • mettre les questions climatiques au centre des projets d’entreprise, de direction, de services,
  • construire des organisations agiles et résilientes en cohérence avec les priorités climatiques,

Sur le plan sociétal :

  • accompagner des animateurs de projets de démocratie participative,
  • faciliter et réguler le fonctionnement de collectifs s’investissant dans les questions environnementales,
  • accompagner la mise en œuvre de nouvelles formes de gouvernance,…

La Maison des transitions, c’est 2 coachs qui mettent leur expertise au service des transitions :

  • Catherine Silighini, ancienne dirigeante dans le secteur médico-social, coache spécialisée dans l’accompagnement humain
  • Jacques Bauer, coach, superviseur, spécialiste de l’accompagnement des transformations

Nous nous adressons à 3 types d’interlocuteurs :

  • Des collectivités : parce que l’échelle des territoires nous semble pertinente pour expérimenter des solutions et comportements nouveaux, tant au niveau des salariés que des usagers,
  • Des entreprises : parce que leur mode de gouvernance leur permet d’aller vite, et on sait y résoudre des problèmes souvent considérés comme insurmontables,
  • Des particuliers : parce que c’est avant tout à sa propre échelle que l’on peut mettre en œuvre des solutions et comportements nouveaux

Contact : Catherine Silighini & Jacques Bauer

c.silighini@lamaisondestransitions.fr

j.bauer@lamaisondestransitions.fr

Vitalité = calme + énergie

Vitalité = calme + énergie

Les premières semaines de 2021 nous confirment que nous avons individuellement peu de prise sur ce qui nous arrive. Mais nous pouvons développer nos ressources pour vivre sereinement dans un environnement qui ne l’est pas. Je trouve très inspirante l’approche de  Christophe André. Il définit la vitalité, comme une combinaison de calme et d’énergie, par opposition à des situations où nous ne disposerions que de l’une ou de l’autre, voire aucune des deux,

ce qui donne les combinaisons suivantes :

  • Calme + énergie = vitalité
  • Calme sans énergie = apathie
  • Energie sans calme = agitation
  • Pas d’énergie ni de calme = angoisse

Je m’en inspire personnellement et l’applique dans les interventions portant sur la manière de vivre dans un contexte d’incertitude durable.

Le calme se définit comme :

  • Une absence de trouble et d’agitation,
  • Une présence attentive mais non agitée à notre environnement,
  • une détente mais qui n’est pas un complet relâchement

Quant à l’énergie, elle se définit comme :

  • Une capacité à agir avec le sentiment que notre action sera utile
  • De la confiance et du plaisir à l’idée de l’action
  • Une facilité à démarrer et à maintenir une activité

Pour développer calme et énergie, il nous propose de nous concentrer sur 4 axes : corporel, émotionnel, intellectuel, spirituel.

  • L’axe corporel : nourriture, activité physique, prendre soin de soi,…
  • L’axe émotionnel : distanciation, se poser, méditer,…
  • L’axe intellectuel : nourrir sa curiosité, diversifier ses centres d’intérêt,…
  • Et l’axe spirituel : faire confiance à la vie, s’autoriser des rituels,…

Pour ma part je checke assez régulièrement où j’en suis sur ces axes, ça m’aide à maintenir un bon niveau de vitalité. La difficulté a été pour moi de ne pas me concentrer uniquement sur les axes qui correspondent à ma zone de confort, mais explorer les axes qui me semblent plus difficiles d’accès et que j’aurais tendance à négliger

https://www.linkedin.com/feed/update/urn:li:activity:6760815454123528192/

massa Praesent Aenean non Donec consequat. Phasellus