Une équipe a besoin de rituels, de rencontres sincères et de points de repère.

Il y a de multiples manières pour répondre simplement à ces besoins.

Les pratiques de pilotage visuel sont par exemple pertinentes pour assurer ces fonctions, mais trop de focalisation sur l’outil, pas assez de co-construction et un manque de persévérance dans la mise en œuvre en limitent les effets bénéfiques.

Et l’on va alors être tenté de chercher à l’extérieur de nouvelles pratiques collaboratives innovantes, pour lesquelles les mêmes écueils guettent les initiateurs du projet.

Et les équipes se lassent… à raison…

L’idée

Le pilotage visuel donne de bons résultats à condition de privilégier la rencontre à l’outil, de co-construire les applications à partir des besoins de chacun, et de piloter la mise en œuvre de manière progressive et avec persévérance.

On peut démarrer par quelque chose de simple, en s’inspirant des 3R :

Rituel :  un temps de partage hebdomadaire, autour de la vie de l’équipe, de l’activité, des projets et des résultats,

Rencontre : c’est avant tout un temps d’échange et de conversation entre des personnes qui pour faire œuvre commune ont besoin de partager des faits, mais surtout des émotions, des ressentis, des résultats, des besoins, des envies,…

Repère : Un support manuel ou digital (sur Teams, iObeya ou autres applications) sert de point de repère et de convergence.

Un exemple

Le rituel :

  • Partage collectif hebdomadaire avec ceux qui sont présents,
  • Ceux qui sont absents remplissent et consultent à leur retour,
  • Animateur tournant,
  • Au-delà des infos de chacun, insister sur les contributions demandées et offertes entre les membres de l’équipe,

La rencontre :

  • On se parle vraiment, de personne à personne,
  • Les émotions et ressentis circulent, mais on n’est obligé de rien,
  • Elle demande un peu d’expérience pour trouver un équilibre satisfaisant entre temps nécessaire et qualité de relation,
  • Chacun y va à son rythme,

Le point de repère (un support simple comme celui de la maquette en exemple) :

  • Tops et Flops : faits marquants de chacun sur la période passée,
  •  Cailloux dans la chaussure : les tensions que je porte et que je souhaite partager,
  • Cailloux solides dans le ruisseau : les opportunités, les éléments stables sur lesquels je peux m’appuyer,
  • La boussole : mes priorités pour la période à venir

Vous identifiez un besoin ? Des cas d’applications ?

Foncez, préparez vos maquettes avec vos équipes, expérimentez puis améliorez chemin faisant, jusqu’à élaborer votre maquette finale. Et alors seulement optez pour une application digitale…

et, diam accumsan risus. leo commodo Curabitur
Share This