Les crises ont l’avantage de nous requestionner sur les principes qui guident notre action. A défaut de sécurité externe, cela apporte une sécurité intérieure. A défaut de visibilité extérieure, cela donne un cap personnel.

7 principes me paraissent devoir guider les pratiques managériales pour les prochains temps :

Libérer les énergies :

l’adversité nous invite à lever nos inhibitions et libérer nos potentiels encore inexploités. C’est le bon moment pour oser, pousser les limites de ce que nous croyons pouvoir faire

Il me semble que la période bouscule les dogmes que nous voyons ces dernières années en matière d’innovation managériale. Ma conviction est qu’il ne faut pas libérer l’entreprise (qui d’ailleurs n’était pas emprisonnée) mais libérer les énergies des personnes et des équipes qui la composent

A noter que dans la culture chinoise le changement est une occasion de créer de l’énergie par rapport à un environnement routinier.

Boussole :

personnelle et professionnelle, pour garder le cap et se synchroniser régulièrement avec ce qui se passe autour de nous

  • Au niveau personnel, prendre un temps pour ré-hiérarchiser nos principes et valeurs
  • Au niveau de nos équipes, leur fixer des petits caps réguliers, quitte à les mettre à jour régulièrement

Subsidiarité :

C’est celui qui fait qui sait. Il serait grand temps de l’inscrire dans nos organisations. Certains accords sur le télétravail que je vois poindre m’inquiètent de ce point de vue.

Frédéric Laloux donne une image de cette subsidiarité : « une forêt qui fait face à une menace ne dispose pas d’un grand régisseur qui dicterait la conduite à tenir à chaque espèce végétale. Chaque espèce sait ce qu’elle doit faire et la combinaison des actions de chacun permet de faire face »

Confiance :

Passer d’une confiance calculée et à posteriori à une confiance à priori

  • La confiance calculée : je te fais confiance parce que j’ai besoin de toi ou parce que je n’ai pas le choix
  • La confiance à posteriori : je te fais confiance parce que je sais que tu en est capable
  • La confiance à priori : je te fais confiance par principe, parce que je crois en toi et que je fais naturellement confiance à la vie

Authenticité :

se montrer tel que l’on est c’est la meilleure manière d’emmener les autres

J’ai vécu des moments particulièrement intenses lors des séances de débriefing organisées pendant le confinement, avec en particulier des dirigeants et managers capables pour certains de se livrer dans ce qu’ils ont vécu de difficile et leur vulnérabilité. Ils en sont tous ressortis avec un leadership renforcé

Test & learn :

passer de la conduite du changement à l’accompagnement des transformations

J’adore et souscrit complètement aux propos de Bertrand Martin, lorsqu’il dit « la tentation est grande de se mettre à organiser le changement, en créant des structures, des règles, des listes de ceci ou cela. L’excès d’ordre tue la vie, l’excès de désordre aussi. Mieux vaut une entreprise qui marche sans plan qu’une entreprise qui ne marche pas avec des plans. C’est le rôle du manager de gérer l’équilibre entre ordre et désordre »

Accompagner au plus proche des personnes et des situations :

Les dirigeants et managers ne peuvent à eux seuls consacrer le temps et l’énergie nécessaires aux transformations

Créer une équipe d’accompagnants internes pour faciliter les transformations est une priorité

Les structures qui ont investi sur des accompagnants internes en ont vu l’intérêt pendant le confinement. Il est temps de davantage les identifier, les valoriser, reconnaître leur singularité, préciser les rôles que l’on attend d’eux (connecteur, régulateur, facilitateur,…)

velit, commodo id consectetur vulputate, et, ut elit. elit.
Share This