Les chantiers de transformation reprennent, parfois avec l’illusion de pouvoir simplement les reprendre là où on les avait laissés.

Je prends progressivement la mesure des profondes transformations qui se sont opérées chez les personnes et du risque que certaines organisations continuent de faire encore plus de la même chose.

Transformer l’essai est une chose difficile : j’ai conseillé à 2 reprises cette semaine de s’appuyer sur les 5 axes suivants :

Prendre appui sur les défis contemporains

Comme pour le covid, les ruptures digitales, technologiques, climatiques, énergétiques, sociétales vont se présenter à nous globalement, là où on les attend pas, et non par silos ou tranches.

Tout projet de transformation doit prendre appui et intégrer explicitement les défis à venir. Le covid a rendu ces réalités perceptibles, il faut accélérer le mouvement

Et concrètement ? Intégrer dès à présent ces éléments dans tout cahier des charges, projet, activité, et prendre en compte dès maintenant leur impact sur les externalités.

Diriger avec des raisons d’être et ambitions évolutives

C’est le bon moment pour revisiter la raison d’être que l’on se donne.

A l’instar de Danone, EDF, Décathlon et beaucoup d’autres, le mouvement s’accélère et rencontre nos aspirations individuelles à agir efficacement pour l’entreprise qui nous emploie

Et concrètement ? : Avant même de reprioriser les portefeuilles de projets et d’activités, valider les raisons d’être et les ambitions de tout collectif, revisiter collectivement les ambitions de manière régulière, digitaliser, simplifier et lier le pilotage aux ambitions

 Oxygéner les modèles mentaux

Les modèles mentaux dans lesquels nous avons évolué jusqu’à présent bloquent aujourd’hui les transformations des comportements.

Intégrer un travail sur les modèles mentaux dans tout projet de transformation permet de rendre visibles, de partager, et faire évoluer les manières de voir, au sein de l’entreprise, d’une équipe, ou chez un manager.

Et concrètement ? : intégrer le « qu’est-ce qui change dans nos manières de manager avant et après le covid ? » dans les programmes de transformation managériale de la rentrée

Priorité aux artisans internes des transformations

Le dirigeant et le manager ne peuvent être suffisamment présents sur tous les terrains.

Créer une équipe d’accompagnants internes est une priorité pour accompagner les mutations à venir : ils vont accompagner les managers, les équipes, mettre de l’huile dans les rouages, connecter les projets globaux avec les réalités locales, faciliter les interfaces,…

Et concrètement ? identifier les enjeux stratégiques sur lesquels il est nécessaire de se doter d’accompagnants internes, identifier les personnes qui le font déjà et ceux qui aimeraient le faire, les accompagner et les superviser avant même de consolider trop vite la fonction,

L’auto-régulation est l’approche de base des organisations innovantes

C’est également cette qualité qui nous a permis de faire face lors du covid en nous adaptant aux contingences et opportunités locales

Aller plus loin et plus fort dans la concrétisation d’organisations cellulaires, décentralisées, agiles,… plutôt que de multiplier les plans d’action et formations managériales à organisation constante.

Et concrètement ? Expérimenter des fonctionnement plus autonomes dès à présent, simplifier, alléger tous les dispositifs trop centralisés, prendre le risque de laisser décider ceux qui font,

Au plaisir d’enrichir et de croiser ces apprentissages avec vos commentaires sur linkedin

mattis sem, elit. libero efficitur. nec mi, dolor. vulputate, Praesent in
Share This